Visite Commentée De L'exposition Temporaire Et Visite Libre De L'exposition Permanente à Le Teil du 20 au 22 septembre 2019

Du

20 vendredi septembre 2019

au

22 dimanche septembre 2019

10h00 • 18h00

Musée De La Résistance Et De La Déportation En Ardèche (Espace Aden, 15, Rue Du Travail)

Recevez par e-mail les nouvelles informations sur Visite Commentée De L'exposition Temporaire Et Visite Libre De L'exposition Permanente.

Plus d'infos sur l'Visite Commentée De L'exposition Temporaire Et Visite Libre De L'exposition Permanente à Le Teil

L'exposition Visite Commentée De L'exposition Temporaire Et Visite Libre De L'exposition Permanente a lieu au dans le cadre des Journées du patrimoine Le Teil 2019.

L'exposition Malou, résistante ardéchoise prend comme fil conducteur le parcours de Marie-Louise Eymard, alias Malou, une jeune femme originaire d'Aubenas. Elle s'appuie sur des dessins réalisés par son fils, Georges Champion, au départ reliés en un fascicule auto-édité. Dans ce travail, commenté en cours de création par Malou, récit personnel et histoire s'entrelacent. Des dessins simples et efficaces restituent à toutes et à tous, de tout âge, spécialistes ou non de la période, une partie de l'histoire mouvementée et douloureuse de la Seconde guerre mondiale. L'atmosphère particulière qui s'en dégage facilite encore le sentiment de proximité avec les Années noires.

De l'Ardèche insoumise à la Résistance organisée, de l'accueil de réfugiés à l'espionnage, Malou est une femme libre. Arrêtée puis interrogée à Lyon par la Gestapo, elle ne dit rien. Déportée à Ravensbrück, elle marque son opposition en cousant un col blanc sur sa tenue...

Longtemps après son retour des camps de la mort, Malou garde à coeur de témoigner de sa traversée des années noires. Au-delà du récit d'un parcours, à bien des égards singulier, ses engagements représentent l'implication, considérable, polymorphe et permanente de nombreuses femmes oeuvrant pour la liberté, individuelle et collective. Trop longtemps oubliées des historiens et de la mémoire populaire, éventuellement cantonnées à des rôles subalternes, considérées souvent comme supplétives des combattants masculins, de très nombreuses femmes s'imposent en authentiques résistantes. Les normes sociales et la primauté des récits des opérations militaires rendent parfois leurs actions difficiles à appréhender. Ainsi, pour reprendre une expression utilisée dans les comptes rendus du premier colloque sur les femmes résistantes, organisé en 1975 par l'Union des femmes françaises (UFF), cette exposition souhaite aussi montrer que la résistance est le fait « d'une foule de femmes anonymes, dont, pour la plupart, l'histoire ne retiendra pas le nom ».